C'est psychologique ma p'tite dame

  • Par styl-o
  • Le Ven 16 Jan 2015
  • Commentaires (3)

10685419 767977376615138 1920917453404261846 n"C'est psychologique ma p'tite dame !"

La première fois qu'elle a entendu cette phrase, c'était il y a un an, tout juste. Elle venait consulter son médecin pour des vertiges et des fourmillements dans les mains. Rien de bien grave mais ça devenait pénible au quotidien. Son médecin, après une classique prise de tension, avait décrété que son moral lui jouait des tours et qu'elle devait se reposer.
Quand elle est revenue un mois plus tard pour des faiblesses chroniques de sa main et des maux de tête, la réponse fut exactement la même :

"Avec six enfants, c'est normal d'être fatiguée !"

Ni ses maux de tête de plus en plus violents, ni ses crampes perpétuelles dans les jambes ne purent faire changer le discours de ce médecin sûr de lui.

Elle commençait à se résigner, se remettant en cause. Après tout, si son docteur le lui dit, c'est que c'est sûrement ça. Pourquoi remettre sa parole en cause ? Elle était dépressive, point barre.

Une de ses amies, toutefois, lui conseilla d'aller voir son propre médecin, en qui elle avait toute confiance. Sceptique mais décidée à trouver une véritable raison à tous ses maux, elle se résolut à lui rendre visite. De véritables examens ont alors été menés et en avril, le verdict tombe : méningiome. Cette tumeur bénigne du cerveau lui bouffait presque la moitié de la tête.

Les rendez-vous s'enchaînèrent : neurochirurgien, anesthésiste...Et le 19 mai, la tumeur de la taille d'une poire fut retirée lors d'une opération délicate qui dura 8 heures au lieu des 4 prévues.

Le réveil est douloureux, la cortisone sera son alliée durant de longues semaines. Les maux de tête sont toujours là et ne la quitteront jamais mais les fourmillements et mouvements involontaires de ses membres ont cessé. C'est déjà ça !

Et puis, en juillet, une nouveauté survint : les vomissements. Rien de bien alarmant, sûrement une surdose de cortisone, un ras-le-bol de tout son corps. Ca va vite passer !

Sauf que ça ne passe pas...

Bien au contraire.

De petits vomissements isolés, ils deviennent quotidiens puis systématiques, après chaque prise de nourriture. Plus rien ne reste dans ce corps qui s'amaigrit de jour en jour.

Les rendez-vous médicaux recommencent. Le médecin qui a su trouver le méningiome mais qui n'a reçu qu'un très succint compte-rendu opératoire, l'envoie passer un scanner cérébral. Avant l'examen, la neurologue disait, douce et attentive :

"Cela vient forcément de votre opération. Ca ne doit pas encore être bien en place...On va aller voir ça et sûrement trouver de quoi il retourne."

Après l'examen, elle disait, sèche et expéditive :

"Il n'y a rien, c'est psychologique !

- Mais vous avez eu le compte-rendu opératoire ?

- Euuuh...vous savez...c'est toujours difficile à avoir ...et ... Bon, je dois vous laisser, au revoir;"

Et le téléphone raccrocha sur de nombreuses interrogations.

La revoilà avec ses doutes, ses craintes et aucune réponse. "C'est psychologique"...Retour à la case départ.

30 kilos plus tard, il est temps de s'inquiéter de nouveau.

Son médecin est désarmé, démuni. Il lui fait faire une prise de sang un peu poussée : un taux de cortisol à peine plus élevée que la moyenne ne justifie pas cette anorexie, ni le fait qu'en dépit de tout ça, elle garde une forme olympienne. Parce qu'il est là le mystère : elle ne mange rien du tout depuis presque 5 mois, dort peu ou prou et malgré tout, elle a une énergie folle. Elle devrait être amorphe, épuisée par ce si long jeûne involontaire, mais il n'en est rien ! Et ça, ce n'est vraiment pas normal.

Nous sommes en janvier 2015. Elle est méconnaissable : ses joues creuses trahissent le manque de nourriture que son corps rejette toujours, les os saillent sous une peau blafarde et les cernes dessinent des ronds noirs autour de ses yeux fatigués. Mais malgré ces signes physiques d'un épuisement total, son énergie est surréaliste. Même sa tension à 8 ne lui fait pas trembler les genoux. Que se passe-t-il dans ce corps malade ? Et pourquoi personne ne prend soin d'elle ?

En le revoyant, son médecin l'envoie à l'hôpital auprès d'une endocrinologue "qui la croit". Et ça lui fait du bien d'être enfin crue et entendue. Elle doit passer de nombreux examens qui permettraient de voir précisément ce qui se passe.

Elle entre confiante un mercredi après-midi.

Elle en ressortira dépitée deux jours plus tard : elle n'aura eu qu'une banale prise de sang. Le scanner prévu a été annulé au dernier moment. Les plateaux repas repartaient intacts, sous les remarques gentilles des infirmières : "Il faut essayer de manger, même un peu."

Elle ne cherchait même plus à leur répondre.

Alors, elle a quitté l'hôpital, le bras abîmé par un cathéter qui n'aura servi à rien.

Le coeur blessé par ce manque évident de considération.

L'âme meurtrie par ce sentiment horrible qu'on la renvoie chez elle pour mieux y dépérir, loin des regards, parce qu'elle est un mystère médical.

La tête résonnant encore de ces derniers mots que l'endocrinologue lui a dit avant qu'elle ne parte :

"C'est psychologique ma p'tite dame !"

Cette jeune femme, c'est une de mes amies, une femme incroyablement forte et volontaire mais qui aujourd'hui, n'en peut plus, est fatiguée de se battre et d'essayer de convaincre ces têtes pensantes qu'elle n'est pas dépressive, ni anorexique mentale. Que ce dont elle souffre est incontrôlable et probablement une séquelle grave de son opération. Mais les médecins se cachent, se renvoient la balle, se protègent les uns les autres. Elle veut s'en sortir pour elle, pour ses enfants et pour son amoureux, qu'elle épousera en août prochain. Mais elle a peur que ce jour ne vienne jamais, parce que des médecins ont décrété que son mal était psychologique. Mais elle veut savoir, elle veut guérir, et elle veut avancer.

Mais surtout, elle veut vivre !

écrivain public Pontarlier biographe administratif lettre motivation

Commentaires (3)

matylde
  • 1. matylde | Jeu 26 Mars 2015
Douce pensée à cette amie que j'ai pu rencontrer. Des bisous
audrey
  • 2. audrey | Sam 17 Jan 2015
Merci de tout mon coeur ma belle ♡♥♡♥♡♥♡♥
Nadia Masnada
  • 3. Nadia Masnada | Ven 16 Jan 2015
Magnifique récit, mais en même temps tellement désolant, quand on pense que cette histoire est malheureusement vrai. Courage Miss.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau